Volume 10 Part 1 Article 14: Cas Teratologiques et Difficultes Eventuelles dans l’Obtention des Cultures Monosporales de Pleurotus Variete quebecoise

Volume 10 Part 1 Article 14
Year 1979
Title: Cas Teratologiques et Difficultes Eventuelles dans l’Obtention des Cultures Monosporales de Pleurotus Variete quebecoise
Authors: O. Desbiens, O. Reisinger et G.M. Olah

Abstract:

Chez des échantillons de différentes unités hiérarchiques de champignons des syndromes “tératologiques” ou “polymorphiques” ont été observés, (Turian, 1969). Ainsi chez des carpophores de Panaeolus récoltés dans la nature ou chez ceux qui ont été cultivés au laboratoire, Olah (1969) signale des malformations sporales, cystidiales ou à certaines occasions chez d’autres éléments constituants de l’hyménium. Patouillard (1880 et 1881) rapporte dans le cas de Pleurotus l’existence d’un “appareil conidial” ou un mode de “reproduction secondaire”. L’origine et le devenir de ces formations n’ont reçu que peu d’attention. Grâce aux études de Cailleux et al. (1973), ainsi que Macaya-Lizano (1975), des “corps sporoïdes” localisés sur la surface hyméniale de Pleurotus ostreatus ont été décrits avec plus de précision, sans toutefois apporter des renseignements sur la nature chimique de ces altérations, ni en ce qui concerne leur éventuel lien avec la structure pariétale du stérigmate. Selon certaines données scientifiques récentes, des altérations ou modifications structurales refléteraient une plasticité polymorphique que l’on peut rencontrer à tous les niveaux hiérarchiques de la mycologie. Ces irrégularités morphologiques apparaissent néanmoins plus fréquemment dans la partie sommitale d’une zone de croissance : l’extrémité de l’hyphe, sommet des stérigmates, emplacement de bourgeonnement, etc. Dépendant du degré de changement physiologique induit à l’entité fongique, les résultats peuvent aller jusqu’à la malformation non seulement de quelques cellules, mais de toute la fructification. En réalité, ces derniers aspects ont été les plus retenus par les chercheurs. Ainsi l’action du gaz carbonique et ses effets bénéfiques ou néfastes chez le champignon de couche ont reçu depuis les travaux de Lambert (1933), Tschierpe (1959) et autres, des attentions toutes particulières.

Dans des conditions culturales encore mal définies, les apparitions des “anomalies” deviennent nombreuses et peuvent revêtir des formes très variables, d’où leur interprétation basée uniquement sur des données morphologiques est très aléatoire. En plus des curiosités scientifiques, un éclaircissement de ce phénomène s’impose, d’autant plus qu’on peut présager une interférence de la part de ces “corps sporoïdes” dans le processus de sélection de variétés nouvelles.

A l’aide des techniques cytochimiques appliquées à la microscopie électronique nous tenterons d’élucider le lien structural de ces éléments de malformation avec la cellule sporogène, chez le Pleurotus variété québécoise, forme affine de P. ostreatus (Jac. ex Fr.) Quélet. Ce champignon est en exploitation industrielle au Québec (Olah, 1975).

Please login to download the PDF for this proceeding.